Accueil Le WebZine Portaits Alain Adefokun, la tour de contrôle !
Alain Adefokun, la tour de contrôle !

Alain Adefokun, la tour de contrôle !

0
0

Quand on décide de prendre son envol dans la vie, on court le risque de se casser les ailes. Mais on peut également atteindre les sommets, tout simplement parce qu’on a osé. Des rêves, du talent et de la volonté, c’est le chemin le plus court vers le bonheur. Alain Adefokun en a fait sa formule magique. Pour réussir sa vie et être cité en exemple dans la vie, il y a des sacrifices à faire. Alain Adefokun est souvent tombé, s’est blessé par occasion pendant sa chute mais s’est toujours relevé pour poursuivre ses rêves et les réaliser. Qui est-il ?

Alain Adefokun est avant tout un héros anonyme qui considère qu’on peut être heureux sans piétiner le bonheur des autres. Au plan académique, c’est sur les campus universitaires des Etats-Unis qu’il se fait former. son CV pourrait faire saliver : Bachelor of Arts en relations internationales et études interculturelles en 1995 au Bard College de Simon’s Rock , diplômé en comptabilité et analyse financière en 1998 au Baruch College sis au sein de l’université de New-York.

Une fois son cursus universitaire terminé, Alain Adefokun entre de plain-pied dans le monde de la haute finance internationale en débarquant en 1998 en tant qu’associé chez Rothschild, une banque de renommée mondiale. Il fera en tout quatre ans à la filiale new-yorkaise du groupe bancaire. De 2002 à 2005, c’est la Citibank Côte d’Ivoire qui l’accueille pour le poste hautement décisif de directeur clientèle. Ses performances impressionnent. Il sera muté en Afrique du Sud. Au sein de la représentation sud-africaine de cet établissement bancaire, il gravira les échelons : analyste (2005 – 2006), assistant du vice-président (2006 – 2010), vice-président (2010 à janvier 2016). Après quatorze ans de bons et loyaux services à la Citibank, Alain Adefokun s’installe en février 2016 au Qatar, précisément au sein du groupe Qatar National Bank (QNB group). Il lui revient donc de chapeauter toute la direction clientèle de l’Afrique subsaharienne.

Alain Adefokun n’est pas arrivé au sommet par pur hasard. Il a fait du chemin. Il y a quelques années de cela, il arpentait les amphithéâtres des campus avec de nombreux bouquins entre les mains sans oublier les longues heures passées à étudier. Il a dû vivre sans argent quand cela s’imposait à lui.

Quelqu’un a dit un jour : « Même si la vie t’impose ses caprices, ne renie jamais tes rêves. N’oublie jamais où tu veux aller. Et si les choses se compliquent davantage pour toi, pleure en silence, en toute discrétion et non devant les gens. Les larmes ne sont pas un signe de faiblesse. Les larmes, c’est la sueur de l’âme et de l’esprit. Un jour, la tempête qui se déchaîne sur ta vie passera certainement. Ce jour-là, tu comprendras mieux la valeur du travail et l’importance du courage. »

Le bonheur a un prix. Combien coûte-t-il ? Je ne sais pas. C’est à chacun d’entre nous de lui faire une offre. Un détail important : personne ne viendra réaliser tes rêves à ta place. C’est à toi de décider : être heureux maintenant ou passer le reste de ta vie à regretter le fait que tu aies eu peur de poursuivre tes rêves ? Un homme doit affronter les épreuves de la vie.

Alain Adefokun a su attendre son heure. Il a gardé le contrôle face à tout ce qui pourrait empêcher ses rêves. Alain Adefokun est une tour de contrôle.

Richard OULAI

Initiateur du projet Locomotive, rédacteur en chef et membre exécutif du projet Nés Pour Briller, passionné de communication et très porté sur les questions de développement personnel

Laisser un commentaire