Accueil Le Blog On a tous droit à une seconde vie …
On a tous droit à une seconde vie …

On a tous droit à une seconde vie …

0
0

Au détour d’une ruelle, alors que le soleil commençait à pointer son nez avec une arrogance qui ne dit pas son nom, je l’ai rencontré. Silhouette fine bien mise en valeur dans un pantalon noir en tissu et une chemise blanche en coton, regard perçant, l’homme semblait bien amaigri et respirait la convalescence du haut de son mètre 95. Par un heureux hasard, je venais de croiser son chemin. Mais qui ? Il se nomme Alex Sereko. C’était un ami que j’avais côtoyé lors de mes années lycée et que j’avais perdu de vue. J’étais certes heureux de le revoir, mais ce qui a réellement « bouleversé » cette journée qui avait l’air d’un jour normal, c’est son histoire. J’arrête de tourner autour du pot. Je vous la conte.

L’émotion des premiers instants passée et finies les civilités d’usage, Alex, au bord des larmes,  m’expliqua ce qui suit : « Richard, j’ai tout connu depuis notre dernière rencontre : la gloire et la déchéance. Après mon Master en droit et gestion du patrimoine, j’ai été recruté pour intégrer l’un des plus grands cabinets du domaine avec tout ce qui suit : salaire démentiel, avantages en nature et statut social hors du commun. Quand j’étais au volant de ma grosse cylindrée, mes pieds semblaient ne plus toucher le sol. C’est comme si le sol me portait. Dans l’euphorie de ces moments fous, avec mes vêtements hors de prix et tout ce qui en résultait, j’étais toujours entre deux avions, et surtout promis à atteindre le sommet, la cime comme on le dit. Puis un jour, un scandale portant sur un délit d’initié éclata. On m’accusa d’en être le fautif. Ce fut la descente aux enfers. Je perdis ma réputation, et mon emploi après un accord à l’amiable. Aucun autre cabinet ne voulait de moi. Dépité, j’ai sombré dans l’alcool et la cocaïne. La vie n’avait plus de sens pour moi. C’est pourquoi j’ai tenté de mettre fin à mes jours plus d’une fois. Oui, cher ami, tout a basculé pour moi du jour au lendemain sans que je ne m’en aperçoive (…) »

Le monde est rempli de personnes comme Alex. Des gens pour qui la vie n’a plus aucun sens, et qui passent le clair de leur temps à vivre dans le passé. Entre regrets et amertume, ces personnes s’enfoncent de plus en plus dans la tristesse. C’est la descente aux enfers. Est-ce la solution ? Non.

Relevez-vous ! La vie n’est pas votre ennemie. Répétez-vous sans cesse cette phrase au fond de vous. Méditez-la. Vivez-la, et commencez une nouvelle vie. Le malheur est parfois la face cachée d’un bonheur plus grand. Soyez heureux à partir d’aujourd’hui ! Comme Alex, on a tous droit à une seconde vie.

Richard OULAI

Initiateur du projet Locomotive, rédacteur en chef et membre exécutif du projet Nés Pour Briller, passionné de communication et très porté sur les questions de développement personnel

Laisser un commentaire