Accueil Le Blog OneYoungWorld 2013 : Mon expérience à Johannesburg
OneYoungWorld 2013 : Mon expérience à Johannesburg

OneYoungWorld 2013 : Mon expérience à Johannesburg

1
0

Il est des rencontres qui ont pour effet de vous redonner de l’espoir et du courage. Y  participer, change définitivement votre manière d’appréhender le monde. Vous êtes alors projetés dans le futur et vous comprenez que les seules limites qui vous empêchent d’avancer, sont celles que vous-même vous vous fixez.

Je suis Andéka OULE, Entrepreneur, Ecrivain en herbe, Co-fondateur du projet NesPourBriller.net. NesPourBriller.net est une plate-forme dont le but est de faire la promotion de l’entrepreneuriat et du leadership en Afrique.

Grâce au sponsoring du groupe  MTN, j’ai eu la chance de représenter la Côte d’Ivoire à la 4eme édition du « One Young World Summit », qui s’est tenue à Johannesburg du 2 au 6 Octobre 2013. Un sommet mondial qui a offert aux participants, qui sont pour la plupart des jeunes de 18 à 30ans, une plate-forme inédite pour élargir leur réseau et surtout recevoir des conseils.

J’ai été choisi pour représenter mon pays, suite à une présélection sur le site du ONE YOUNG WORLD (www.oneyoungworld.org). Ensuite, j’ai dû démontrer mon engagement social à travers Nespourbriller.net et l’impact que cela a sur les communautés locales. Mon dossier a été validé et par la suite a été soumis à un jury au sein de MTN qui a décidé de me sponsoriser.

Nous étions environ 1300 jeunes de quasiment tous les pays du monde, sélectionnés en fonction de critères bien précis et  réunis pour partager nos expériences et rêver ensemble à un monde plus équitable, plus juste et  plus sain. Il s’agissait du deuxième plus grand rassemblement mondial de jeunes de différents pays, après les Jeux Olympiques.

Cette rencontre se présentait sous forme de conférences avec de petites sessions dans lesquelles de nombreux thèmes tels que l’éducation, l’entrepreneuriat social, les droits de l’homme et le développement durable, étaient traités.

Lors des éditions précédentes, d’illustres conférenciers tels que de Bill Clinton ou encore Desmond Tutu se sont adressés aux jeunes,  et cette année, nous avons eu l’honneur d’échanger avec  Winnie Mandela, Kofi Annan (Ancien secrétaire général des nations unis), Arianna Huffington ( Editorialiste et femme politique américaine), le professeur Muhammad Yunus (Fondateur de la Grameen Bank , Prix Nobel de la paix , Prix mondial de l’alimentation),  Sir Richard Branson (Fondateur de Virgin), Anthony Jenkins (Directeur général de Barclays), Paul Polman (Global CEO d’Unilever), Rich Mkhondo (Directeur exécutif des relations publiques du Groupe MTN), et 36 autres chefs d’entreprises à succès et leaders sociaux.

« On ne change pas les gens, on met en place les conditions de leur changement. » José Louis Méné Berre.

Lorsqu’on participe à ce genre d’événement, on ne peut qu’être fier de pouvoir côtoyer en l’espace de quelques jours, toute l’intelligentsia mondiale. Pouvoir échanger avec des jeunes comme nous, qui ont eu les même difficultés que nous, parler avec des gens qui ont réussi à changer leur quotidien, à transformer des difficultés en avantages et à agir en faveur des populations les plus défavorisés, c’était tout simplement magique !

Conscient de cette chance que j’avais, ma première impression était de l’admiration. J’étais admiratif devant toutes ces personnes qui à tour de rôle parlaient de leurs parcours, des difficultés endurées dans les débuts, de leurs problèmes, de leurs échecs etc. Que ce soit Koffi Annan ou Muhammad Yunnus,  Arianna Huffington, Oisín Quinn ou encore Winnie Mandela, toutes ces personnes n’ont cessé  de nous montrer la voie vers la réussite.  Une voie étroite, glissante, difficile mais  pas impossible à prendre. De tout ceci je retiens une chose :

Success is not an Event, it’s a Process.

Ensuite, je me suis senti inutile, hanté par le sentiment que je n’avais rien accompli de conséquent, et que mon engagement n’était rien devant celui des autres participants. Ils avaient des fondations qui aidaient les démunis et moi je n’avais qu’un site internet et quelques petites actions posées ça et là. Je m’en voulais terriblement, parce qu’Eux avaient réussi où j’avais parfois baissé les bras. Puis j’ai compris que nos difficultés d’aujourd’hui, nous montraient la marche à suivre pour les challenges de demain.

Enfin, j’ai commencé à croire que peut-être que moi aussi avais-je ma place parmi eux. Peut-être méritais-je vraiment d’être là, assis parmi toutes ces bonnes gens !

A Jobourg, les soirs après les sessions, je me perdais dans des rêveries interminables, m’imaginant en train de faire de grandes choses, aider les moins nantis,  parcourant le monde  pour donner un peu de réconfort aux orphelins ou encore me lançant dans des projets humanitaires… Puis le dernier jour,  finalement, je me suis souvenu du monsieur qui m’avait, un soir, arrêté dans les rues de Casablanca. En effet un jeune homme que je ne connaissais pas, m’avait interpellé, pour me dire qu’il suivait beaucoup mes fils d’actualités sur les réseaux sociaux et que cela lui faisait du bien…

Ainsi quelqu’un  que je ne connaissais pas, venait de me dire  que lire mon blog lui permettait de garder espoir et le motivait à se battre pour réussir.

En réfléchissant bien, je compris  que le plus important, ce n’était pas de marcher sur la lune, ou encore de se donner corps et âme aux œuvres caritatives. Pour changer le monde, il fallait juste donner une orientation à sa vie. Déterminer ce que l’on sait faire et BIEN le faire.

Je n’étais pas philanthrope, ni médecin, mais par mes écrits, j’avais réussi à apporter de l’espoir à une personne que je ne connaissais pas.

Je décidai donc que l’écriture serait le moyen pour moi d’impacter ma génération, J’avais trouvé ma voie. Pour apporter ma pierre à l’édifice, il me fallait juste bien faire ce que je savais faire. C’est certainement qui m’a poussé à créer Nespourbriller.net, le projet grâce auquel j’ai pu participer au One Young World.

Aujourd’hui je retourne dans mon pays avec mon statut d’Ambassadeur du One Young World et aussi de MTN, avec le sentiment que toutes les barrières qui se dressaient devant moi sont tombées.
Cette expérience sud-africaine m’a ouvert les yeux sur mes aspirations profondes.  Participer à ce sommet m’a fait comprendre que je n’étais pas différent des tous ces gens. Ils avaient juste continué à se battre, là où plusieurs avaient baissé les bras.

Holmes a dit : L’univers n’est ni hostile ni amical, il est juste  indifférent ; moi je dis que peu importe notre condition, il n’y a pas de raccourcis vers le succès, le secret de la réussite c’est le sacrifice. Nous sommes tous nés pour briller.

Cet article a enregistré (1) vues.

Andeka OULE Co-fondateur du projet "Nes Pour Briller". Écrivain en Herbe | Spécialiste Marketing Digital | Entrepreneur social, passionné de l’Afrique et de toutes les questions de développement. One Young World Ambassadeur depuis 2013.

Laisser un commentaire